Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Produits Nature

  
Des produits naturels Bio
d'excellente qualité
et fort utiles pour la Santé
et le Bien-Être

(Cliquer sur les liens ci-dessous)

DVDs & CDs
 

 

«La Nature est le plus beau Cadeau

du Créateur aux créatures.»

.

«Ce qui va
contre la Nature
est injuste, mauvais,
et ne résiste pas
au temps.»

 Alexander von Humboldt
(naturaliste et explorateur allemand)
 

Recherche

Infos Ecolos

 

 

notre-planete.info - environnement, écologie, photos, risques naturels

Viadeo
       

 

Archives

Les Secrets de la Nature

L'être humain est petit en face du Grand Tout
et s'inquiète des Devoirs qui lui incombent
vis-à-vis de ce Tout.

Être Naturel, Vivre Naturellement,
implique, pour l'être humain,
 l'Accomplissement de ses Devoirs.

 

Cultivons la Beauté!
Toute la Nature est pénétrée de Beauté.
Chaque être vivant montre la Beauté à sa manière.
Le Naturel et la Beauté ne font qu'un.
 
Être Naturel, c'est s'abandonner à l'attraction de la Lumière.
 

Vivre-Naturel---Header---Petit.jpg

«La Nature! Nous vivons en son sein et ne la connaissons pas.

 
Elle nous parle sans cesse, mais ne trahit pas son Secret.»
- Johann Wolfgang von Gœthe -
.
"La Nature ne fait rien en vain."
- Aristote -
 
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 07:44

Le sujet qui observe est-il en dehors du champ d'observation?

Joël Sternheimer est physicien, chercheur indépendant. Très préoccupé par les questions d'éthique dans le domaine scientifique, il fait partie de cette génération de chercheurs qui s’interrogent sur la place laissée au sujet dans la science contemporaine et recherchent un nouveau rapport au vivant.

Depuis une vingtaine d’années, il travaille sur les
protéodies – suites de fréquences associées à la synthèse des protéines – dont l’application représente une alternative tant à l’utilisation de la chimie qu’à celle des manipulations génétiques (OGM).

Ses recherches en physique sont également sous-tendues par une réflexion philosophique qui lui donne une lecture particulière du développement de la science, autant que de la marche du monde contemporain.

Dans les propos ci-dessous rapportés l'on peut déjà voir établie une importante distinction entre la science qui prétend étudier seulement un objet et celle qui inclut aussi un sujet dans l'observation.

"La physique quantique, malgré ses succès expérimentaux qui amplifient ceux de la science classique, ne considère toujours que des objets. Une telle connaissance conduit progressivement, au fur et à mesure que les applications s’en généralisent, à non plus seulement décrire mais transformer notre monde en objet – nous-mêmes inclus.

Car où est le sujet, là-dedans? Il faut bien qu’il y en ait un puisqu’il y a mesure; or il n’entre pas dans la description.

"L'on se retrouve dans un univers duquel on s’abstrairait, ce qui est évidemment impossible puisqu’on en fait partie. Dans le Judaïsme, dont la tradition m’imprègne, il y a un passage de la Pâque juive où l’on insiste sur la différence entre le sage et le pervers: le sage est celui qui s’inclut, comme partie prenante, dans l’univers qu’il étudie, alors que le pervers le considère du dehors au contraire. Cela m’a toujours frappé parce que, dans cette optique-là, la science contemporaine tend à être perverse, dans la mesure où elle exclut le sujet de sa description du monde... Cette exclusion, intimement présente dans la façon de faire, se traduit dans les conséquences, c’est-à-dire dans la société qui résulte d’une connaissance acquise par ce moyen: en témoignent les prospectives actuelles sur la disparition des espèces du fait des activités humaines. Sauf si… l’on se rend compte à temps que la science peut et doit inclure le sujet. A temps pour que cela rejaillisse à son tour sur l’évolution de la société."

C’est la distinction sujet-objet qui fonde la science, non l’exclusion du sujet… L’alchimie n’opérait pas cette distinction, la chimie l’élude par forfait, en quelque sorte, d’un des termes: il faut aujourd’hui considérer cette question en face.


On a toujours une science qui ne décrit que des objets, alors qu’elle prétend décrire l’univers entier et donne l’origine du monde comme un big bang. En toute logique, elle s’arroge ensuite le droit de manipuler ces objets, d’en faire ce qu’elle veut, et cela donne les manipulations transgéniques que l’on connaît. Malgré ou peut-être à cause de ses succès, elle reste fondamentalement ignorante et irrespectueuse du sujet et de son autonomie.

C’est une science qui ne s’occupe pas du sujet également en ce sens qu’elle ne soupçonne pas le sujet dans l’objet, comme si on pouvait impunément casser la matière ou recombiner les gènes. Que signifie cette violence, car en définitive, elle est tournée contre nous-mêmes, puisque nous sommes faits de ces mêmes éléments.

Lorsque Pasteur disait: «L’ennemi, ce ne sont pas nos voisins ni les étrangers, ce sont les bactéries et les virus», cela a certes été d’un côté un progrès, mais en même temps un déplacement phobique. Il faut bien arriver à reconnaître du sujet dans les bactéries, si l’on veut dialoguer avec elles, les apprivoiser et non plus avoir ce comportement de panique, qui va susciter une attitude agressive, à courte vue. Ce qui est important, au contraire, c’est de faire le pas d’une science dans laquelle le sujet et l’objet ont chacun leur place.

"Que peut donc être une science incluant le sujet? Prenons un exemple pour l’illustrer. Si je dis «cette table est stable», ce n’est pas pareil que de dire «je vois cette table stable». Dans le premier cas – qui décrit quelque chose que je ne peux pas complètement vérifier, avec une part d’extrapolation ou d’argument d’autorité: n’y a-t-il pas des électrons qui bougent à l’intérieur, sans que je puisse observer leur trajectoire…? – il y a exclusion du sujet; dans le second cas – bien réel, lui, en tant qu’honnête témoignage qui précise les conditions de ce qu’il énonce – il y a introduction d’un «je». Je suis alors amené à considérer, non plus quelles sont les propriétés de l’objet pour qu’il ne bouge pas, mais quel doit être le rapport entre le sujet et l’objet pour que ce sujet mesure toujours la même chose, et ce n’est plus du tout pareil.

Ainsi, qu’est-ce qui me permet de percevoir un objet dans la pénombre? Pas seulement la lumière qui en provient, mais aussi l’accommodation de ma propre vue, qui implique la synthèse chez moi d’une protéine, la rhodopsine. La considération du phénomène «clarté constante» fait donc apparaître, comme un levier, un lien entre ces deux termes – et pointe vers une extension de la théorie quantique dans laquelle un phénomène ondulatoire va pouvoir décrire, et réguler par résonance, la synthèse des protéines."

 


Partager cet article

Repost 0
Published by L\'Art de Vivre Naturel - dans Connaître La Nature
commenter cet article

commentaires